pente


pente

pente [ pɑ̃t ] n. f.
• 1358; lat. pop. °pendita, de pendere pendre
I ADisposition oblique, penchée.
1Inclinaison (d'un terrain, d'une surface) par rapport au plan de l'horizon. déclivité. Pente douce, raide, rapide, abrupte. Pente transversale d'une route, pour faciliter l'écoulement des eaux. Pente de comble : inclinaison de chacun des longs plans d'un toit.
(1868) Sc. Pente d'une droite, angle qu'elle fait avec sa projection orthogonale. Échelle de pente d'une droite, sa projection orthogonale cotée. Pente de quatre pour mille, de dix pour cent. Pente de la courbe d'un graphique. Rupture de pente.
2Direction de l'inclinaison selon laquelle une chose est entraînée. Suivre la pente du terrain. Par compar. « En quelques minutes, pareil à un fleuve de lave qui a trouvé sa pente, la foule emplit la large tranchée des boulevards » (Martin du Gard).
3Fig. Vx ou littér. Avoir une pente à faire qqch. penchant, propension. « Peut-être y a-t-il en Don Alvaro une certaine pente à contredire » (Montherlant). Mod. Suivre sa pente, son penchant dominant, son goût.
4 ♦ EN PENTE : qui n'est pas horizontal. Toit en pente. pentu. Terrain en pente. 1. talus. « deux étendues plantées de petits oliviers qui descendent [...] en pente douce » (Bosco). Chemin en pente raide.
Fig. et fam. Avoir la dalle en pente.
B ♦ UNE PENTE : surface oblique.
1Surface inclinée, plan oblique par rapport à l'horizontale. Descendre, monter une pente. côte, descente, grimpette, montée, raidillon. Terrain présentant des pentes. accidenté. L'auto-mitrailleuse semblait « un gros coléoptère agile qui grimpait allégrement les pentes » (Mac Orlan). En haut, au bas de la pente. Les pentes d'une colline. côté, penchant, versant. Pente d'une piste de ski alpin ( remonte-pente) .Spécialt Route qui descend, (opposé à côte,II). descente. Dévaler une pente. Freiner dans une pente.
Techn. Pente d'eau : partie d'un canal légèrement en pente, pourvue de portes et destinée à faire franchir aux bateaux une dénivellation (différent de l'écluse).
2Fig. Littér. Ce qui incline la vie vers le bas, dans le sens de la facilité, du mal. « une pente inévitable nous entraîne et nous perd » (Rousseau). Loc. cour. Être sur une, la mauvaise pente; fam. être sur une pente savonneuse : commencer une évolution fâcheuse, éloignée des conventions sociales et morales. Elle « déclara que nous nous engagions sur une pente dangereuse » (Beauvoir). Remonter la pente : rétablir, au prix d'un effort, une situation compromise. Drogué qui essaie de remonter la pente.
IIPente de lit, de fenêtre : bande d'étoffe autour d'un ciel de lit, au-dessus des rideaux. Un lit « garni de rideaux [...] et de pentes à grandes dents ourlées de galons » (Gautier). ⊗ HOM. Pante.

pente nom féminin (latin populaire pendita, du latin classique pendere, être suspendu) Inclinaison, déclivité d'un terrain, d'une surface par rapport à l'horizon : La pente d'un coteau. Terrain en pente. Direction de cette inclinaison selon laquelle les choses sont entraînées : La lave suivait la pente de la montagne. Surface inclinée, plan oblique par rapport à l'horizontale : Descendre la pente vers la rivière. Passage progressif vers quelque chose de mauvais : Être sur la pente et risquer le pire. Électronique Grandeur mesurant l'action d'une variation de la tension appliquée à l'entrée d'un élément amplificateur (tube électronique ou transistor) sur l'intensité de son courant de sortie. Mobilier et décoration Ensemble de deux lés de rideaux pendant de chaque côté d'une fenêtre, et ne se fermant pas. Bande pendant autour d'un ciel de lit. Transports Route ou voie ferrée en déclivité, considérée dans le sens de la descente. Travaux publics Quotient de la différence de niveau de deux points de la surface de l'eau par la distance entre ces deux points mesurée suivant l'axe de la voie d'eau. ● pente (citations) nom féminin (latin populaire pendita, du latin classique pendere, être suspendu) André Gide Paris 1869-Paris 1951 Il est bon de suivre sa pente pourvu que ce soit en montant. Les Faux-Monnayeurs Gallimardpente (expressions) nom féminin (latin populaire pendita, du latin classique pendere, être suspendu) Être sur la mauvaise pente, agir dans un sens contraire aux exigences morales, sociales, etc. Pente savonneuse, glissante, conduite qui mène vers la déchéance. Remonter la pente, essayer de retrouver le droit chemin, ou rétablir progressivement une situation compromise. Suivre sa pente (naturelle), se laisser aller à sa facilité naturelle ou à ses mauvais penchants. Pente limite, pente minimale nécessaire à un processus de transport sur les versants. Rupture de pente, point d'un versant caractérisé par un changement notable de la valeur de la pente. Pente continentale ou insulaire, versant sous-marin, relativement raide, allant du rebord de la plate-forme continentale (ou insulaire) à la limite supérieure du glacis continental. Ligne de pente d'une surface, ligne orthogonale aux courbes de niveau. (Pour un plan, c'est une droite perpendiculaire aux horizontales de ce plan.) Pente d'une droite, nombre β°α, étant un vecteur directeur de la droite du plan considéré. (La pente est égale à , étant le premier vecteur du repère ; c'est aussi le nombre m, tel qu'une équation de la droite est y = mx + p.) Pente d'une droite oblique, d'un plan oblique, tangente de l'angle que fait la droite ou le plan avec un plan horizontal. Pente d'eau, ouvrage permettant le passage d'un bâtiment d'un bief à un autre et comportant un canal bétonné en forme de U et un bouclier, ou poussoir mobile, perpendiculaire à l'axe du canal, poussé vers l'amont ou vers l'aval par des locotracteurs roulant sur les berges. (En amont du bouclier et entraîné par lui, un coin d'eau permet au bâtiment de flotter.) ● pente (homonymes) nom féminin (latin populaire pendita, du latin classique pendere, être suspendu) pante nom fémininpente (synonymes) nom féminin (latin populaire pendita, du latin classique pendere, être suspendu) Inclinaison, déclivité d'un terrain, d'une surface par rapport à l'horizon
Synonymes :
- obliquité
Surface inclinée, plan oblique par rapport à l'horizontale
Synonymes :
- côte
- dévers
- grimpette (familier)
- montée
Suivre sa pente (naturelle)
Synonymes :
- faible (familier)

pente
n. f.
d1./d Inclinaison (d'un terrain, d'une surface). La pente d'un toit. Ligne de plus grande pente.
Rupture de pente: changement brusque de l'inclinaison d'une pente.
|| Surface, chemin inclinés par rapport à l'horizontale. Grimper une pente abrupte.
d2./d Loc. fig. être sur une mauvaise pente, sur une pente dangereuse: se laisser entraîner par ses mauvais penchants.
Remonter la pente: se trouver en meilleure situation, en meilleur état.
d3./d GEOM Pente d'une droite, valeur de la tangente de l'angle que forme cette droite avec sa projection orthogonale sur le plan horizontal.
|| TECH Inclinaison d'un axe, d'une route, exprimée en centimètres par mètre de longueur horizontale. Pente de quatre pour cent.

⇒PENTE, subst. fém.
A. —Fait d'être incliné, état de ce qui est incliné.
1. a) [En parlant d'une surface, d'un terrain, etc...] Obliquité par rapport au plan de l'horizon. Synon. déclivité, dévers, inclinaison. Sur les façades de plusieurs basiliques de Rome (...) le fronton supérieur (...) est remplacé par une pente fuyante du toit faisant croupe, ainsi qu'on le voit à la façade de Saint-Laurent (LENOIR, Archit. monast., 1852, p.116). Le sol, jusqu'alors peu accidenté (...) accusait une légère pente qui remontait du littoral vers l'intérieur de la contrée (VERNE, Île myst., 1874, p.84):
1. La maison (...) est située dans le bas de la rue Neuve-Sainte-Geneviève, à l'endroit où le terrain s'abaisse vers la rue de l'Arbalète par une pente si brusque et si rude que les chevaux la montent ou la descendent rarement.
BALZAC, Goriot, 1835, p.7.
SYNT. Pente abrute, douce, faible, facile, forte, insensible, molle; pente uniforme; pente d'un chemin, d'un sol, d'un terrain, d'une toiture; donner une pente à qqc.
En pente
) Loc. à valeur adj.
♦Qui a une certaine inclinaison, qui n'est pas horizontal. Chemin, cour, sentier, toit, toiture, vallée, vallon, ville en pente. Les petites rues en pente de la montagne Sainte-Geneviève, avec leur remugle de latrines, avaient connu, le soir, le grouillement des voitures, les embouteillages fabuleux (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p.23).
♦Qui suit la direction de l'inclinaison. Je m'avançais (...) me tenant aux dossiers, faisant claquer les strapontins, dans le chemin de milieu, sur le tapis en pente (ARNOUX, Suite var., 1925, p.29).
P. métaph. Il y a des jours montueux et malaisés qu'on met un temps infini à gravir et des jours en pente qui se laissent descendre à fond de train, en chantant (PROUST, Chron., 1922, p.106).
[En parlant d'une partie du corps] Ils regardèrent, sans dire mot, des mioches avec (...) des épaules en pente, des mines rachitiques (HUYSMANS, En mén., 1881, p.54).
Loc. fig., vieilli. Avoir une pente dans le gosier (fam.); avoir la dalle(/)du gosier, le gosier, la gueule en pente (pop.). Boire de façon habituelle avec excès. Un membre de l'Institut qui avait beaucoup d'érudition et la dalle en pente (...) et une cervelle comme un comprimé de la Bibliothèque Nationale, un réjoui plein de sapience (ARNOUX, Calendr. Fr., 1946, p.228).
) Loc. à valeur adv.
♦En ayant une certaine inclinaison. Dans la haute galerie de verre, je passe d'abord entre deux foules de corolles fermées, entr'ouvertes ou épanouies qui vont en pente de la terre au toit (MAUPASS., Contes et nouv., t.2, Cas de div., 1886, p.1071).
♦En suivant la direction de l'inclinaison. La poitrine [de la voyageuse] montait en pente douce vers un cou épais, formellement orné de fausses perles et qui sombrait d'un menton jeune et lourd (MORAND, Ouv. la nuit, 1922, p.16):
2. L'eau descendait en pente, cascadant sur de grosses pierres, formant des réservoirs à fond clair quand elle rencontrait des cavités, se précipitant, blanche et barbue, de petites hauteurs, retrouvant le calme sur quelques mètres où elle coulait à plat, pour recommencer à écumer avec violence sur la pente qui se faisait plus raide...
TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p.152.
b) Spécialement
) GÉOM. Pente d'une droite, d'un plan. ,,Valeur de la tangente de l'angle formé par une droite, un plan avec sa projection orthogonale sur le plan horizontal`` (BOUVIER-GEORGE Math. 1979). Pente d'une courbe. ,,Coefficient angulaire de la tangente, en un point donné, à la courbe`` (LAITIER 1969). Lignes de pente d'une surface. ,,Courbes de la surface orthogonales aux courbes de niveau`` (BOUVIER-GEORGE, loc. cit.). Lignes de plus grande pente. ,,Arcs tracés sur une surface d'un espace affine euclidien (de dimension 3, muni d'un repère orthonormal), rencontrant orthogonalement les lignes de niveau`` (CHAMB. 1981). Ligne de plus grande pente d'un plan. ,,Droite qui, de toutes les droites du plan, fait le plus grand angle avec le plan horizontal`` (Lar. encyclop.). Ligne de plus grande pente sur une surface. ,,Courbe dont la tangente en chaque point est la droite de pente du plan tangent en ce même point`` (Lar. encyclop.).
) ANAT. Pente condylienne. ,,Inclinaison de la trajectoire condylienne par rapport au plan de référence pendant la propulsion`` (BAT. 1972). Pente cuspidienne. ,,Inclinaison dans le plan sagittal, des plans cuspidiens par rapport au plan de référence`` (BAT. 1972). Pente incisive. ,,Inclinaison dans le plan sagittal de la face linguale des incisives centrales maxillaires par rapport au plan de référence`` (BAT. 1972).
) ÉLECTRON. Pente (d'un tube électronique). ,,Rapport entre la variation du courant anodique et la tension nécessaire à appliquer à la grille pour provoquer cette variation`` (Électron. 1963-64).
) GÉOMORPHOHL. Pente (topographique). Tangente trigonométrique (exprimée par une fraction ou en pourcentage) de l'angle formé avec le plan horizontal. Pente de quatre pour mille, de deux pour cent. Le roulage à la cale n'est admissible que sur les pentes inférieures à 100 millimètres par mètre (HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Exploitation mines, 1905, p.918). Pente limite. ,,Inclinaison au-delà de laquelle la pesanteur met en mouvement les matériaux du versant, par éboulement ou par glissement`` (GEORGE 1970). Pente d'équilibre. ,,Pente qui ne change pas de valeur dans des conditions bioclimatiques stables`` (GEORGE 1970). Rupture de pente.
) ARMUR. Inclinaison, sur le plan vertical, de l'axe de la crosse par rapport à la ligne supérieure du canon. La bonne pente dépend de l'anatomie de l'utilisateur du fusil, en particulier de la longueur de son cou (BURN. 1970).
) CHAUSS. ,,Inclinaison de la partie supérieure d'une chaussure par rapport au plan horizontal qui supporte la chaussure dans sa position normale`` (RAMA 1973). Le jour d'une présentation, ayez des bottes vernies de (...) quarante francs si vous pouvez. Vers quarante francs, vous êtes un gentleman; le bottier assouplit le cuir, fait rentrer la semelle, établit une pente du cou-de-pied à l'orteil, répand sur le tout un luisant délicieux, et l'on conclut des pieds au reste (TAINE, Notes Paris, 1867, p.49).
2. Au fig. Inclination, tendance naturelle et spontanée. Synon. penchant, propension. Tel est le Bourgeois, il aime tout et il avale tout. Du moins le malin qu'il est voudrait le faire croire. Mais je connais ses pentes et je ne le vois pas très bien aimant des choses propres (BLOY, Lieux communs, 1902, p.71). Ces dernières semaines vécues à la Villa Alatini, hôpital de la Croix-Rouge, parmi des gens de bonne compagnie, me furent douces (...). N'ai-je pas ici par une pente invincible retrouvé mes habitudes de vie égoïste, jouisseuse, repliée, et pour tout dire païenne (MAURIAC, Écrits intimes, Journal d'un homme de trente ans, 1948, p.142):
3. Une pente naturelle à l'esprit humain, qui fait souvent une débauchée de la fille d'une dévote, une dévote de la fille d'une femme légère, la loi des Contraires, qui sans doute est la résultante de la loi des Similaires, entraînait Victurnien vers Paris par un désir auquel il aurait succombé tôt ou tard.
BALZAC, Cabinet ant., 1839, p.53.
Suivre sa pente. S'abandonner à, suivre ses penchants dominants. [Beauchêne] n'était toujours que l'égoïste pratique tirant de sa vie la plus grande somme de jouissance possible. Il suivait sa pente (ZOLA, Fécondité, 1899, p.569). Il est bon de suivre sa pente, pourvu que ce soit en montant (GIDE, Faux-monn., 1925, p.1215):
4. ... mes parents (...) condamnaient l'oisiveté. Je la jugeais d'autant plus blâmable qu'elle m'ennuyait. Mon devoir se confondait donc avec mes plaisirs. C'est pour cela que mon existence fut, à cette époque, si heureuse: je n'avais qu'à suivre ma pente et tout le monde était enchanté de moi.
BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p.68.
Avoir une pente pour/vers qqc. (vx); avoir une pente à qqc. (vieilli ou littér.). Être enclin à agir, à se comporter d'une certaine façon. Ses mains courtes [du curé Bonnet] eussent indiqué chez tout autre une pente vers de grossiers plaisirs, et peut-être avait-il, comme Socrate, vaincu ses mauvais penchants (BALZAC, Curé vill., 1839, p.98). Lettre de mon filleul, qui n'a pas perdu ses goûts de colon, et n'a aucune pente à la rêverie ou à la curiosité désintéressée (AMIEL, Journal, 1866, p.356):
5. Mme Hugo, qui avait alors une pente, je ne dirai pas à la pocharderie, mais à une aimable excitation, avait bu beaucoup de Constance. Elle parlait trop.je n'oublierai jamais le regard, un regard impossible à rendre, par lequel Hugo l'a tout à coup foudroyée, réduite au silence.
GONCOURT, Journal, 1870, p.670.
SYNT. Avoir une pente à/pour/vers l'avarice, la bêtise, la bonté, la cruauté, la gourmandise, la haine, la jalousie, la médisance, la mélancolie, la sagesse; avoir une pente au/pour/vers le luxe, mal, vice.
Avoir une pente pour/vers qqn (vx). Être attiré par/vers quelqu'un. Synon. avoir un penchant pour/vers qqn. Au fond, il y a chez cette femme, à l'apparence brave, une incontestable lâcheté (...) en même temps qu'une pente vers les gens plutôt pas tout à fait honnêtes qu'honnêtes, —et qui sont de meilleurs domestiques (GONCOURT, Journal 1891, p.46).
Avoir une/de la pente à + inf. (vieilli ou littér.). Tendre à quelque chose, avoir tendance à adopter un certain type de comportement. Je ne sais pas pourquoi j'ai une pente à me confier à vous; je vais vous dire un secret que je n'ai encore dit à personne (...). Cela est étrange de se livrer ainsi au premier venu (HUGO, L. Borgia, 1833, I, 1re part., 4, p.37). Cette pente à imiter [la nature] naïvement et par des moyens simples, a toujours été la mienne (DELACROIX, Journal, 1853, p.119). La neige restait candide sur les corniches (...) les becs de gaz et les stores en tôle des hôtels particuliers qui bordent cette cité minuscule, cité que notre pente à mythifier et à grandir ce qui s'éloigne, me pousse toujours à décrire et à dessiner beaucoup plus vaste (COCTEAU, Portr.-souv., 1935, p.109).
B. —Plan, surface incliné(e).
1. Partie en déclivité qui monte ou descend de manière continue sans subir de dénivellation trop brusque.
[En parlant d'un terrain] Synon. côté, flanc, versant. Faut-il vous parler de ces pentes du Saint-Gothard, toutes couvertes dans leurs méandres, sur leurs crêtes, des buissons roses de ces rhododendrons en fleur? (GOBINEAU, Pléiades, 1874, p.5). Devant lui, s'étendait une vaste pente de cultures en terrasses, couronnée de crêtes rocheuses (MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p.772):
6. Les pentes rapides du mont, boisées à droite et nues à gauche, tombaient dans l'eau qu'elles entouraient d'une haute enceinte régulière.
MAUPASS., Mt-Oriol, 1887, p.97.
SYNT. Pente d'une colline, d'un coteau, d'un mont, d'une montagne, d'un ravin, d'un talus, d'un vallon; pente argileuse, caillouteuse, pierreuse, rocailleuse, sablonneuse; pente boisée, cultivée, nue, rase, verdoyante; pente de galets, d'herbe, de pierre; pente enneigée, ensoleillée; pente exposée au midi, au nord; pente méridionale, orientale, septentrionale; bas, haut d'une pente; escalader, descendre, dévaler, gravir, grimper, monter, suivre une pente.
En partic., GÉOMORPHOL. Pente continentale. V. talus continental.
[En parlant d'un chemin, d'une route, d'une voie de circulation, etc.] Synon. côte, descente, montée, rampe. Des tramways, illuminés et vides, gravissent la pente du boulevard en grinçant sur leurs rails (MARTIN DU G., J. Barois, 1913, p.403). Là, sur la pente raide des sentiers, la misère et la pouillerie empruntaient au soleil un éclat qui ne trompa point Armand, habitué à la pauvreté méridionale de Sérianne (ARAGON, Beaux quart., 1936, p.335).
En partic. Pente d'eau. Partie d'un canal légèrement en pente, fermée par deux portes, et destinée à faire franchir aux bateaux une dénivellation. (Dict.XIXe et XXes.).
[En parlant d'une surface quelconque] Toit à double pente. Ils (...) virent la masse noire de la cathédrale (...). La lune, suspendue sur la crête dentelée de la nef, argentait les pentes du toit (A. FRANCE, Lys rouge, 1894, p.35). Le jour, on distinguait, dans un long corridor, la pente brillante des murs, les marches tassées d'un escalier (CARCO, Homme traqué, 1922, p.178).
En partic. Le haut du visage [d'un ange] est candide (...) mais, entre le nez et les lèvres, descend une pente spacieuse (HUYSMANS, Cathédr., 1898, p.388). Elle a bien assujetti cette large ceinture de cuir dur et chaud qui lui serre les flancs comme un bras et placé la corne de boeuf juste à la pente de l'aine, à l'endroit où la placent les hommes (GIONO, Gd troupeau, 1931, p.147). Il semble bien qu'on cherche à placer le plus bas possible l'avancée de la poitrine. La pente de la gorge est très longue. Tout cela est évidemment une question de corset (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p.48).
2. Au fig. ou p.métaph. Ce qui incline, entraîne irrésistiblement une personne dans le sens de la facilité, de ce qui est considéré comme culturellement condamnable, blâmable. Ce mauvais sujet n'est qu'un honnête homme futur. On voit en lui des pentes qui le feront tourner au vulgaire. Il sera amoureux, il se mariera, il paiera ses créanciers (VEUILLOT, Odeurs de Paris, 1866, p.237). Il s'abandonnait à cette pente de beaucoup d'hommes élevés bourgeoisement, et qui (...) descendent peu à peu au peuple, se trempent à ses habitudes, s'y oublient et s'y perdent (GONCOURT, Man. Salomon, 1867, p.369).
Glisser sur la pente. Renée apportait dans la faute toutes ces ardeurs de coeur déclassé. Elle aussi avait glissé sur la pente. Seulement, elle n'avait pas roulé jusqu'au bout comme une chair inerte. Le désir s'était éveillé en elle trop tard pour le combattre, lorsque la chute devenait fatale (ZOLA, Curée, 1872, p.482).
[Avec un compl. déterminatif] Être, glisser sur la pente de la corruption, de la décadence, du libertinage. J'ai beaucoup rêvé et très peu exécuté. Ce qui trompe les observateurs superficiels, c'est le désaccord qu'il y a entre mes sentiments et mes idées (...). Le sens du grotesque m'a retenu sur la pente des désordres. Je maintiens que le cynisme confine à la chasteté (FLAUB., Corresp., 1866, p.238). Il était le seul qui eût quelque influence sur Melchior et qui, dans une certaine mesure, le retînt sur la pente de son vice. (...) l'estime universelle dont il jouissait n'était pas inutile pour faire oublier les frasques de l'ivrogne (ROLLAND, J.-Chr., Matin, 1904, p.122).
Pente glissante, savonneuse (fam.). Situation que l'on ne domine pas, qui peut avoir des conséquences fâcheuses. Bernard (...): le travail, qui honore l'homme, déclasse la femme!... comme son chemin est rude on la tient pour vouée aux faux pas... Léopold: Dame! il est certain qu'elle est sur une pente dangereuse. Bernard (...): Les pentes sont dangereuses pour qui descend, et non pour qui monte! (AUGIER, Fourchambault, 1878, p.142). Est-ce qu'on s'arrête jamais sur cette pente glissante, qui va du second amant au dixième? (BOURGET, Crime am., 1886, p.271).
Pente fatale. C'est la pente fatale, songeait-il, j'ai commencé par le complexe d'OEdipe, après ça je suis devenu sadico-anal et maintenant, c'est le bouquet, je suis pédéraste (SARTRE, Mur, 1939, p.183).
Être sur la, une mauvaise pente. Prendre une direction contraire aux exigences sociales, morales, qui risque d'entraîner quelqu'un à sa perte. En deux ans, elle se rendit ainsi maîtresse de Tonsard et le poussa sur une pente mauvaise à laquelle il ne demandait pas mieux que de s'abandonner (BALZAC, Paysans, 1844, p.51). Quand on l'aura débarrassé de cette créature, Philippe se décidera peut-être à revenir à sa femme! (...) Oh! Mais c'est qu'il n'a pas l'air de vouloir s'en laisser débarrasser! Il était dans un état... pas rasé, la figure défaite, n'ayant pas dormi depuis trois jours! (...) Ah! il est sur une mauvaise pente, ton fils, il n'y a pas à dire! (BOURDET, Sexe faible, 1931, II, p.337).
Descendre la pente. Déchoir socialement, sombrer moralement. C'est la déchéance d'un homme incompris de tous et aigri peu à peu par la pauvreté et l'insuccès (...) son intelligence devait être soutenue par l'enthousiasme. Ensuite elle n'a plus été qu'un poids qui l'a poussé à descendre la pente plus vite (LACRETELLE, Silbermann, 1922, p.158). J'ai commencé à descendre une pente. Qu'y puis-je si le temps m'emporte comme un fleuve? (SAINT-EXUP., Terre hommes, 1939, p.223).
Remonter la pente. Rétablir une situation facheuse. J'ai désespéré de tout... pendant plusieurs semaines (...). Et puis, un matin dans le jardin (...) j'ai vu à nouveau les arbres, le soleil, les petits... peu à peu, j'ai remonté la pente (MARTIN DU G., J. Barois, 1913, p.522).
C.TAPISS. Bande d'étoffe étroite disposée horizontalement autour d'un ciel de lit, d'un dais, au-dessus de rideaux; ou verticalement de façon à imiter des rideaux. Après avoir jeté les yeux (...) sur le maigre tapis de lisière placé au bas d'un lit à ciel dont les pentes en drap tremblaient comme si elles allaient tomber, achevées par les vers, il regarda sérieusement la Grande Nanon (BALZAC, E. Grandet, 1834, p.75). Un immense empereur romain de pierre dans toute la pompe du costume de Louis XIV, avec sa grande perruque, son ample manteau, son fauteuil, son estrade, sa crédence où est sa couronne, son dais à pentes découpées et à vastes draperies (HUGO, Rhin, 1842, p.252). Quatre colonnes placées aux angles de l'autel principal (...) étaient reliées par des tringles en fer, auxquelles des rideaux, richement ornés de pentes de broderies, étaient suspendues (LENOIR, Archit. monast., 1852, p.258).
SYNT. Pente de lit, de fenêtre; pente double, simple; pente de dedans, de dehors; pente de damas, de velours; pente en brocatelle, en drap; pente à falbala, à la Romaine; pente garnie de crépines, de franges, de glands.
Prononc. et Orth.:[]. Homon. pante. Att. ds Ac. dep.1694. Étymol. et Hist.A. 1. 1335 «penture» ce qui maintient une porte suspendue autour de ses gonds (doc. Arch. nat. ds GDF.); 2. a) 1497 pantes [d'un lit] (doc. Bibl. nat., ibid.); b) 1563 «bande d'étoffe tombante garnissant les côtés d'un autel» (Inv. des reliques de la Saincte Chapelle de Dijon, p.80, Jul. d'Arbaumont ds GDF. Compl.); c) 1593 pante du daiz (Satyre Ménippée, Pièces de tapisserie, éd. Ch. Read, p.51). B. 1. 1358 «inclinaison d'une surface [le plus souvent en relation avec l'écoulement des eaux]» (doc. A. Tournai ds GDF. Compl.); 1694 pente de comble (CORNEILLE); 2. 1796 «plan, surface en déclivité» gravir une pente; descendre une pente de neige (H.-B. DE SAUSSURE, Voy. Alpes, t.4, pp.146, 149); 3. fig. a) 1580 «ce qui est comparé à une déclivité naturelle» (MONTAIGNE, Essais, I, XXVI éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p.147: au bout d'un long et ennuyeux chemin [en lisant un texte] je vins à rencontrer une piece haute, riche et eslevée jusques aux nuës. Si j'eusse trouvé la pente douce et la montée un peu alongée...); b) 1588 «inclinaison morale naturelle, penchant» se laisser aller vers la pante naturelle (ID., ibid., III, XIII, p.1106); ca 1590 pente vers la haine, la cruauté, l'ambition (ID., ibid., II, XII, p.444); c) 1588 «ce qui entraîne irrésistiblement vers le bas, vers le mal» (ID., ibid., III, IX, p.993: ... appuyer et retarder de sa puissance l'inclination vers le mal, suyvre envis cette pente). Issu du lat. vulg. pendita, part. passé fém. de pendere, formé d'apr. les verbes au parfait en -ui (, , -tus, v. ERN. Morphol., § 313 II, note II, p.224). Pente devait donc exister en a. fr., peut-être dans une aire géogr. latérale; apparaissant dans la lang. écrite au XIVes., il a peu à peu, aux sens A et B 1, évincé le subst. pendant. A se réfère au sens «être suspendu», B au sens «pencher» de l'a. fr. pendre (v. ce mot), corresp.respectivement aux sens «être pendu, être suspendu» et «être suspendu au-dessus, surplomber, dominer» du lat. pendere. Fréq. abs. littér.: 2924. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 3244, b) 3556; XXes.: a) 4226, b) 5220. Bbg. QUEM. DDL t.5. —SAIN. Arg. 1972 [1907], p.102.

pente [pɑ̃t] n. f.
ÉTYM. 1358; du lat. pop. pendita « pente, penture », fém. substantivé de penditus, participe non attesté du lat. pendere « pendre, être suspendu ».
———
I
A Disposition oblique, penchée (d'une chose).
1 Inclinaison (d'une ligne droite, d'une surface plane) par rapport au plan de l'horizon. Déclivité, dévers, inclinaison, obliquité. || Pente transversale d'une route, destinée à faciliter l'écoulement des eaux. || Pente longitudinale d'une route, d'une voie ferrée dans une montée.Pente faible, douce, forte, raide (→ Couler, cit. 21), rapide…Pente de comble : inclinaison de chacun des côtés longs du toit qui couvre une construction rectangulaire.
1 Les toits à pente rapide tombaient bien bas sur les fenêtres du premier étage comme un chapeau dont on rabat le bord sur ses yeux pour n'être pas reconnu.
J. Green, Adrienne Mesurat, II, V.
(1868). Didact. (géom., topographie). || Pente d'une droite : angle (ou tangente de cet angle) formé par cette droite avec sa projection orthogonale sur le plan horizontal. (Déb. XXe). || Échelle de pente d'une droite, sa projection orthogonale cotée.Pour les routes, les voies ferrées, etc., la pente s'exprime sous forme d'un pourcentage. || Pente de quatre pour cent, de deux pour mille.
Pente de la courbe d'un graphique, par rapport à l'axe des abscisses. || La pente de la tangente à une courbe en un point donné est égale à la dérivée de la fonction représentée par cette courbe.
2 Direction de l'inclinaison selon laquelle une chose est entraînée. || Eau qui suit la pente. Couler. || Ruissellement de l'eau selon la pente du terrain.Par métaphore. || Tu es une eau (cit. 3) informe qui coule selon la pente qu'on lui offre. || Trouver sa pente, une issue naturelle.
2 En quelques minutes, pareil à un fleuve de lave qui a trouvé sa pente, la foule emplit la large tranchée des boulevards (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. VI, p. 280.
3 (1580). Fig. Le penchant dominant d'une personne.Suivre sa pente, son caractère, son goût (→ ci-dessous, B., 2.).
3 C'est une chose étrange comme vous avez rendu ce petit garçon (le jeune marquis de Grignan) hardi et propre à la guerre; il semble que ce soit sa pente naturelle.
Mme de Sévigné, 1190, 26 juin 1689.
4 — (…) Vous ne pouvez (…) apprendre comment vous devez vivre, qu'en vivant. — Et si je vis mal, en attendant d'avoir décidé comment vivre ? — Ceci même vous instruira. Il est bon de suivre sa pente, pourvu que ce soit en montant.
Gide, les Faux-monnayeurs, III, XIV.
Loc. Vx. Avoir une pente pour, vers qqch., ou (vieilli ou littér. [1651]) à qqch., pencher vers. Inclination, propension, tendance. || La pente naturelle au plaisir d'être aimées (→ Coquetterie, cit. 3). — ☑ Vx. Avoir une pente pour (1668), vers (1690) une personne. || « J'ai toujours eu une pente et une inclination pour vous » (Mme de Sévigné, Lettre du 6 juin 1668). — ☑ Vieilli ou littér. Avoir de la pente à…, suivi d'un inf. (→ Homme, cit. 23, La Fontaine).
5 Notre zèle fait merveilles, quand il va secondant notre pente vers la haine, la cruauté, l'ambition, l'avarice, la détraction (le dénigrement), la rébellion.
Montaigne, Essais, II, XII.
6 Le grand critique avait une pente à la gourmandise (…)
Balzac, Béatrix, Pl., t. II, p. 413.
7 Peut-être y a-t-il en Don Alvaro une certaine pente à contredire. Si la société autour de nous était austère, peut-être affecterait-il d'être esprit fort.
Montherlant, le Maître de Santiago, II, 3.
4 En pente, se dit d'une surface, d'une voie qui n'est pas horizontale. Déclive, oblique. || La rue était en pente assez rapide (→ Frein, cit. 13). || Terrain en pente pour exercer les chevaux. Calade.Chemin en pente raide, abrupt, escarpé. || Descente en pente douce. || Le pays monte en pente douce d'ouest en est (→ Dorsal, cit. 3). || Une rampe qui arrive en pente douce sur la levée (cit. 1). — ☑ (1881). Loc. fam. (d'abord argot). Avoir la dalle, le gosier en pente.
8 À travers ses grandes fenêtres, on découvre deux étendues plantées de petits oliviers qui descendent chez moi en pente douce et que traverse un vieux chemin (…)
H. Bosco, le Jardin d'Hyacinthe, p. 91.
B Une pente : surface oblique par rapport à l'horizontale.
1 Surface inclinée, plan incliné, oblique par rapport au plan horizontal. || Une bille (1. Bille, cit. 5) sur une pente.
Spécialt. Partie d'un terrain qui est inclinée, qui descend ou qui monte de manière continue, sans dénivellation trop brusque ( Glacis, talus). || La pente, les pentes d'une colline (→ Accrocher, cit. 15; marquer, cit. 30), d'un coteau (→ Moussu, cit.; mur, cit. 7), des montagnes… Côté, penchant, versant. || La pente d'une combe (cit. 2), d'un ravin. || Pente abrupte (→ Dévaler, cit. 3), rapide, raide. Escarpement. || Pentes boisées (cit. 2), rases (→ Cépée, cit.), couvertes de broussailles (→ Couronner, cit. 16). || Des cultures de céréales montent à l'assaut des pentes (→ Flanc, cit. 10).
9 La Provence est adossée aux Alpes; elle n'a point les Alpes, ni les sources de ses grandes rivières; elle n'est qu'un prolongement, une pente des monts vers le Rhône et la mer; au bas de cette pente, et le pied dans l'eau, sont ses belles villes, Marseille, Arles, Avignon.
Michelet, Hist. de France, III.
Géogr., hydrogr. || Ruptures de pente (→ Caverne, cit. 3; marmite, cit. 5). — ☑ Loc. Techn. Pente d'eau : partie d'un canal présentant une légère pente, fermée par deux portes, et destinée à faire franchir une différence de niveau aux bateaux.
La partie (d'une voie) qui n'est pas horizontale. Côte, descente, montée, rampe. || Les pentes raides des sentiers. Grimpette, raidillon (→ Bâton, cit. 7). || Descendre ( Dévaler), gravir (cit. 6), grimper (cit. 14), monter une pente.
Par métaphore :
10 Ai-je dit qu'ils avaient passé la quarantaine. L'un d'un an et de quelques mois, l'autre de quelques années. Qu'importe. Quand on est sur la pente redescendante, quand on descend sur cette pente qui aboutit à un seul point, qu'importe qu'on ait passé de quelques mois ou de quelques années la ligne de faîte, la ligne de partage des jours.
Ch. Péguy, Note conjointe, Sur Descartes, p. 70.
2 (1580). Fig. Ce qui incline de façon irrésistible la vie, les mœurs d'une personne dans le sens de la facilité, de la mollesse, du mal. Entraînement. || « On s'égare un seul moment de la vie (…) aussitôt une pente inévitable (cit. 6) nous entraîne et nous perd » (Rousseau). || La pente du moindre effort (→ Facilité, cit. 2). || Suivre la pente (cf. Aller à vau-l'eau). || Pente glissante (→ Enivrer, cit. 4).Fam. || Pente savonneuse, très glissante. — ☑ Être sur la mauvaise pente. — ☑ Remonter la pente : cesser de s'abandonner à la facilité.Par ext. (En parlant des choses). || Entraînée sur une pente effroyable, la Révolution allait aux catastrophes (→ Garer, cit. 2).
11 Empêcher l'homme de descendre certaines pentes, n'est-ce point un travail de géant. Empêcher l'homme de descendre certaines pentes sentimentales, certaines pentes morales, certaines pentes de conduite, n'est-ce point le travail et la plus grande partie du secret de tant d'arts et des plus grandes morales.
Ch. Péguy, Note conjointe, Sur Bergson, p. 21.
12 (…) nous aimions raisonner. C'était assez pour qu'on nous accusât d'avoir « mauvais esprit ». Mademoiselle Lejeune (…) déclara que nous nous engagions sur une pente dangereuse.
S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée, p. 159.
———
II (1497). Anciennt. Ce qui pend. || Pente de lit, de fenêtre : bande d'étoffe étroite qui pend autour d'un ciel de lit, au-dessus des rideaux, qui descend le long d'une baie.
13 (…) un lit à quenouilles de forme ancienne et garni de rideaux de serge verte et de pentes à grandes dents ourlées de galons jaunes (…)
Th. Gautier, Fortunio…, « La toison d'or », III.
DÉR. et COMP. Penture. Contre-pente, remonte-pente. Parapente.
HOM. Pante.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pente — A sample Pente game Players 2 4 Setup time None Playing time 5–30 minutes Random chance None Skill(s) required …   Wikipedia

  • pente — Pente. s. f. Penchant, l Endroit d une montagne, d un lieu eslevé qui va en descendant. Pente douce. pente aisée. la pente de la montagne, de la colline. cette maison est située sur la pente d un costeau. Il se dit aussi, Des eaux. La pente de la …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Pente — Pente, s.u. Pent …   Pierer's Universal-Lexikon

  • PENTE — fluv. Angliae, ad quem pagus, ithancester, Beda …   Hofmann J. Lexicon universale

  • pente — s. m. 1. Pequeno instrumento dentado que serve para limpar, compor ou segurar os cabelos da cabeça. 2. Instrumento de metal com que os cardadores preparam a lã. = CARDA 3. Entre tecelões, a peça de madeira comprida com pequenas aberturas por onde …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • pente — obs. and dial. form of paint …   Useful english dictionary

  • pente — (pan t ) s. f. 1°   Inclinaison d un lieu haut vers un lieu bas. •   Quelle que soit la pente et l inclination Dont l eau par sa course l emporte, LA FONT. Fabl. III, 16. •   On montait à la citadelle par trois rues en pente, ROLLIN Hist. anc.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PENTE — s. f. Penchant, inclinaison d un terrain, d un plan, d une surface quelconque. Pente douce, aisée, insensible. Pente rapide. La pente de la montagne, de la colline. Cette maison est située sur la pente d un cote au. La pente est bien roide. Il y… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PENTE — n. f. Inclinaison d’un terrain, d’un plan, d’une surface quelconque sur un autre plan, sur une autre surface. Pente douce, aisée, insensible. Pente rapide. La pente de la montagne, de la colline. La pente est très raide. Il y a une pente douce de …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • pente — nf., déclivité, inclinaison, (d un toit, d un terrain, du vice..., en général) : panta (Saxel.002, Cordon.083), pêta (Albanais.001, Albertville, Billième, Montagny Bozel), pinta (Annecy, Chambéry, Montendry, Peisey, Vaulx). E. : Côte, Toit. A1)… …   Dictionnaire Français-Savoyard